L’amour et la S.L.A, faudra franchir des pas.

lundi 7 mai 2018
par  André Boucq
popularité : 1%

J’ai reçu ce témoignage d’une amie, je le partage avec son accord évidemment. La S.L.A est déjà une lourde charge, si en plus de ça l’amour possible devient incompris ou scandaleux aux regards des autres, comment ne pas perdre courage.

Une histoire d’amour impossible :

Voici notre histoire, j’ai rencontré ou disons plutôt retrouvé un ami il y a 6 mois, je traversais une période très noire et il m’a aidée à m’en sortir, petit à petit cette amitié a évolué, au fil de nos conversations, de nos rencontres. Cette amitié est devenue plus forte, si forte que les mots n’y suffisaient plus.

Nous avions envie de faire se croiser nos routes et rien n’aurait dû nous arrêter, nous sommes tous les 2 célibataires, plus de 40 ans et pourtant ....Il a la sla et vit avec ses parents. Complètement dépendant, il doit tout à ses parents qui s’occupent de lui depuis 15 ans.

Après beaucoup d’hésitations , il décide d’envoyer un message à ses parents , leur disant les sentiments que nous avons l’un pour l’autre , qu’il n’avait plus beaucoup de temps à vivre et qu’il souhaitait profiter du temps qui lui reste , que l’occasion se présentait à lui et qu’il ne voulait pas la rater .

Le lendemain, ses parents m’ont téléphoné, ils m’ont insultée, traitée de folle, m’ont interdit de remettre les pieds chez eux ni de communiquer avec lui.

J’ai eu beau essayer de leur faire comprendre mes sentiments, de leur dire combien je l’aimais, quels sacrifices j’étais prête à faire pour lui, que je ne voulais pas l’enlever à l’amour de ses parents mais qu’on n’était jamais trop nombreux pour s’occuper d’un malade et que je me rendrais aussi disponible qu’il le souhaitait sans m’imposer plus.

Ils n’ont rien voulu entendre, et m’ont laissée à mon chagrin immense. Nous sommes maintenant obligés de nous contacter en cachette et avons malheureusement peu d’espoir de nous revoir.

Mon chagrin est immense. Lui, totalement dépendant choisit la sécurité évidemment et préfère oublier notre rêve que perdre l’amour de ceux-ci. Madame x.

Ma réponse et ma vision de malade SLA : L’amour ne se commande pas, il n’est pas accessible pour tous et nombreux sont les patients célibataires à L’attendre sans le trouver. Je trouve vraiment navrant, lorsqu’il frappe à la porte, que celle-ci reste fermée. J’essaie aussi de comprendre les parents de ce monsieur. Ils craignent selon moi que ce soit qu’une furtive aventure et que leur fils subisse une déception amoureuse. La vie est si courte mes bonnes gens, qu’il faut en profiter un maximum et ne laisser passer aucun instant de bonheur, et encore moins l’empêcher !!!! Aimons nous vivant et oublions les on dit, l’amour est essentiel pour moi, sans doute aussi pour ce monsieur. Oubliez les tabous valides et invalides, laissez nous les sla gérer nos décisions et notre présent, nous serons et resterons toujours vos enfants.

merci de m’avoir lu !!!!!!

André Boucq