La recherche S.L.A

Dernières infos sur la recherche JPEG - 6.1 ko

qu’est ce que les phases I - II- ou III dans les études cliniques ? Informations du site le l’hôpital ST Luc

Recherche clinique Types d’essais cliniques

Pour garantir la sécurité des malades et la rigueur scientifique de recherches de plus en plus complexes, les études cliniques comprennent plusieurs étapes ou phases, qui recueillent chacune des informations spécifiques :

* Etudes de phase I * Etudes de phase II * Etudes de phase III

Les études de Phase I : Lors d’une étude de phase I, un traitement expérimental est administré à un petit nombre de malades (de 10 à 40). Ce traitement a déjà été testé en laboratoire, sur des cultures cellulaires et sur les animaux, mais personne ne sait encore comment réagiront les être humains. Les médecins cherchent le meilleur moyen d’administrer ce traitement, en toute sécurité pour le patient, et surveillent attentivement l’apparition d’éventuels effets secondaires.

Lorsqu’il s’agit de médicaments a priori peu toxique (antihypertenseur, antiacides gastriques,...) les phases I sont souvent réalisées sur des volontaires sains. Il s’agit de personnes en parfaite santé qui consacrent du temps à la recherche clinique et aux nouveaux développements de l’industrie pharmaceutique. Si vous souhaitez plus d’information sur les possibilités de participer à une étude clinique en temps que volontaire, parlez-en à votre médecin traitant, il vous orientera vers les unités de recherche adéquates.

Lorsqu’il s’agit de médicament plus toxique (anticancéreux,...) on réserve l’administration d’un produit en phase I à des patients dont la pathologie est avancée, et pour lesquels aucun autre traitement connu n’est efficace. Bien que l’effet thérapeutique ne soit pas connu au moment de la phase I, des malades ont pu être secourus par leur participation.

Les études de Phase II ont pour but d’étudier l’efficacité d’un médicament donné dans une pathologie bien particulière. En plus de l’efficacité immédiate, on teste aussi en phase II la sécurité du traitement expérimental. La phase II nécessite en général l’inclusion de 40 à 80 malades.

Les études de Phase III : Si les phases II suggèrent que le traitement est efficace, les chercheurs passent à la phase III, soit la comparaison entre le nouveau traitement et le meilleur traitement connu (ou traitement de référence). En l’absence de traitement alternatif, la nouvelle molécule est comparée à un placebo (un simple enrobage, du sucre, ou une injection de sérum physiologique lorsqu’il s’agit d’un traitement par injection).

Même une petite différence d’efficacité revêt une grande signification : par exemple, une amélioration de seulement 5% de la survie dans le cas d’un médicament actif contre le cancer représente plusieurs milliers de vies humaines sauvées rien qu’en Europe. Les études de phase III sont de grande envergure (plusieurs centaines ou milliers de malades).

La phase III constitue une étape cruciale, car elle précède la commercialisation et la mise à disposition des nouveaux traitements plus efficaces et/ou moins toxiques. Le nouveau médicament pourra également être associé soit avec d’autres médicaments, soit avec de la chirurgie et/ou de la radiothérapie, dans de nouvelles procédures thérapeutiques qui amélioreront encore la survie et/ou la qualité de vie des malades.


Articles publiés dans cette rubrique

samedi 24 décembre 2011
par  André Boucq

La progression fatale de la SLA inversée par injection de cellules souche

En mai dernier, les médecins ont posé sur Ted Harada, âgé de 39 ans, le diagnostic de la SLA. Il s’agit d’un des pires diagnostics que l’on puisse recevoir. Ted Harada et ses médecins s’attendaient à ce qu’aujourd’hui sa santé se soit déjà fortement dégradée. Mais grâce à un traitement expérimental (...)
mardi 6 décembre 2011
par  André Boucq

Antioxydants : A savoir aussi !

Le Zinc (oligo-éléments) Voici un élément majeur de la protection contre le vieillissement. et pourtant, il manque souvent dans l’alimentation.V Qu’est-ce que c’est ?Le zinc est un oligo-élément présent en très faible quantité dans notre organisme. Notre corps en contient environ 2 g, répartis entre les (...)
lundi 5 décembre 2011
par  André Boucq

Zinc pour soigner la SLA. Pourquoi pas !

Dix patients diagnostiqués avec ALS sporadiques et des doses stable de RILUTEK ® (riluzole) étaient inscrits à l’étiquette ouverte, étude de trois mois de traitement de zinc orale à forte dose. L’étude a été effectuée en vertu d’une demande de drogue nouvelle expérimental (IND) et a été enregistrée à http://clinicaltrials.gov/ct2/show/.... Le taux de progression de la maladie a été mesuré par l’échelle de notation fonctionnelle ALS-Revised (ALSFRS-R), une échelle de cotation largement utilisé, validés qui évalue la progression du handicap dans la SLA, révisé à intégrer également des évaluations de la fonction respiratoire. Au départ, le score moyen de ALSFRS-R de ces patients a été 33 et le temps moyen d’apparition des symptômes a été une année.

samedi 26 novembre 2011
par  André Boucq

CERVEAU : Avec des neurones neufs, des chercheurs réparent des circuits cérébraux

Progression dans la recherche !!!!!! Merci !Bertrand pour l’infos http://forum.lixium.fr/v-1854581143... CERVEAU : Avec des neurones neufs, des chercheurs réparent des circuits cérébraux Actualité publiée hier Science Par greffes de neurones et reconstruction de « l’installation électrique » des (...)
samedi 29 octobre 2011
par  André Boucq

Recrutement brutalement interrompu pour le protocole DEXPRAMIPEXOLE

Essais thérapeutique et protocole Depramipexole Auteur : V. Meininger

Date : 16/09/2011

ESSAIS THERAPEUTIQUES ET PROTOCOLE DEXPRAMIPEXOLE Nous tenons à vous informer que le recrutement du protocole Dexpramipexole mené par BIOGEN et KNOPP a été brutalement interrompu le 2 Septembre 2011.